27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 22:32

Empyr - Trinitaires (Metz) - 25 mars 2011

+ Greenwitch Cavern en première partie

 

 

Né des cendres de plusieurs groupes majeurs de la scène musicale française, Empyr
sillonne la France depuis près de trois ans déjà, proposant à leur public des morceaux rock
planant, teintés, ça et là, d’une légère touche métal. Alors que la tournée promotionnelle
de leur nouvelle album ("Unicorn", sortie prévu le 18 avril 2011) vient à peine de débuter, les
cinq musiciens se sont donnés rendez-vous vendredi soir à la Chapelle des Trinitaires (Metz) pour une prestation remarquable. Retour sur cette soirée…

 

empyr-6952.3.jpg

 

Il est 19h40 et je viens à peine d’arriver sur la petite place devant la porte des
Trinitaires de Metz. A première vue, une quarantaine de personnes sont déjà présentes,
longeant les murs. Quelques groupes de trois ou quatre personnes se tiennent debout
au milieu de la place, cassant immédiatement l’impression de file d’attente formelle et
rappelant que les premiers entrés seront simplement les plus rapides à monter les marches
menant à la petite porte noire.

 

empyr 7190.3

 

Débute alors l’attente. Les affiches de la salle annonçaient un levé de rideau à 20h00
qui n’aura finalement lieu qu’à 20h30, comme précisé sur les tickets vendus. Qu’à cela ne
tienne, il me reste une bonne demi-heure pour vous faire un rapide rappel des faits.

 

empyr 6540.3


Commençons pas un retour en arrière. 2007/2008. La scène musicale française est
en pleine transformation. L’industrie du disque souffre depuis quelques années déjà et
les quelques « gros » groupes français présents se séparent les uns après les autres. Parmi
eux, Kyo (groupe pop ultra médiatisé révélé au public au début des années 2000 par leur
célèbre Le Chemin) et Pleymo (précurseurs du style métal dit « screamo » mélangeant
guitares puissantes et chant/hurlements rappés avec une voix qu’on croirait dépourvu de
timbre). Dans le même temps, Vegastar (électro rock propulsé sous les feux de la rampes par
leur 100ème Etage) perd son batteur, Jocelyn.

 

empyr 6458.3

 

C’est ainsi que Benoît et Florian (Kyo), s’associent à Benoît (Pleymo), Jocelyn (ex-
Vegastar) et Fred (toujours membre de Watcha à ce jour) pour fonder ensemble un nouveau
groupe, Empyr. Très marqué par la culture américaine, c’est aux Etats-Unis que le groupe
s’envole pour enregistrer leur premier album, un douze titres aux sonorités envoutantes et
aux textes torturés. "The Peaceful Riot" était né et promettait aux cinq français une longue et
intéressante carrière. Suivra ensuite un EP Digital sorti fin 2009 ("Your Skin, My Skin") puis un
retour en studio pour préparer un second LP, "Unicorn".

 

empyr 7073.3

C’est donc à l’occasion de cette sortie prochaine que le groupe nous gratifie d’un
passage par les Trinitaires. Et c’est pour cette raison que je suis là, ce soir, attendant
tranquillement le moment d’entrer me réchauffer dans la salle.

20h15. La foule s’est densifiée. Les gens sont tous debout et attendent patiemment
l’ouverture des portes. Celle-ci ne tardent plus et, après quelques déboires à l’accueil, je
pénètre dans la Chapelle.

A vue d’œil, environ 200 personnes s’amassent autour de moi alors que je m’installe
à proximité de la scène. Première constatation, le public est essentiellement féminin et on
trouve une bonne quantité d’adolescents et d’enfants venus avec leurs parents. La force
de la musique d’Empyr ? Son côté tout public qui, loin d’en diminuer la qualité, permet au
groupe de toucher toutes les générations.

Une quinzaine de minutes plus tard, les lumières s’éteignent et les membres de
Greenwich Cavern montent sur scène et commence à nous servir leur rock énergique. Je
n’avais pour ainsi dire jamais entendu parler du groupe et la vue du chanteur torse nu sous
son manteau, arborant ses lunettes noires, ne m’a, au premier abord, pas particulièrement
emballé. Mais force fut de constater que ces gars-là savent ce qu’ils font, font ce qu’ils
aiment et le font bien !


greewich-cavern-6096.3.jpg

L’originalité de leur musique se trouve dans la présence d’un

harmonica faisant partie intégrante de la formation (et pas uniquement ajouté dans les
arrangements des morceaux, comme c’est souvent le cas). Les morceaux s’enchainent
parfaitement, proposant un mélange équilibré de rock énervé et de ballades folk/blues
chargées d’émotions.

greewich-cavern 6106.3

Au bout d’une quarantaine de minutes de prestation, les Greenwich Cavern quittent
la scène sous les acclamations d’une foule qui semble conquise mais néanmoins impatiente
d’assister enfin au show d’Empyr. Les techniciens et les musiciens de Greenwich s’affairent
à remettre la scène en état pour les têtes d’affiches tandis que l’impatience du public se fait
ressentir. Le bruit dans la salle, mesuré par un micro, atteint les 95dB à l’apogée de l’attente
(en comparaison, l’écran indiquera 108 dB en plein milieu des morceaux).

C’est finalement à 21h35 que la salle est une nouvelle fois plongée dans la pénombre.
Les membres du groupe montent sur scène dans une obscurité totale, silencieux. Puis
les premières notes se font entendre et c’est un puissant God Is My Lover qui mettra
le feu aux poudres de cette soirée. Le son est fort, mais reste bon et audible. Le public,
directement dans l’ambiance. Les gens reprennent, avec Benoît, les paroles des morceaux
- qu’ils connaissent bien évidemment par cœur - et se montrent relativement généreux en
applaudissements et en cris à la fin de chaque morceau.

empyr 6834.3


Les 5 d’Empyr sont, quand à eux, irréprochables. Leur prestation est propre, bien
réglée et on ne notera que peu d’erreur (quelques fausses notes dans les voix, qui seront
suffisamment discrète pour ne perturber personne). Au rayon des incidents, Jocelyn cassera
une caisse claire dès le premier morceau tandis que Benoît se verra privé de son dans son
micro suite au décrochage du câble. Les autres ne sembleront souffrir d’aucun désagrément
et se contenteront de donner tout ce qu’ils ont pour satisfaire une foule restreinte mais
motivée.

empyr 6593.3

Le set en lui-même propose un bon équilibre entre ancien et nouveau morceaux. Composé d’une majorité d’extraits du nouvel album  (It’s Gonna Be, Helena, My Own Short New Items, Do It), on y retrouve néanmoins quelques incontournables tout droit sortis de "The Peaceful Riot" (New Day, Water Lily, Fever, March On) et certains titres de l’EP Digital (Your Skin My Skin, Way Out).

Après un peu plus d’une heure de jeu Empyr sortira une première fois de scène pour
revenir trois longues minutes plus tard au sons des « Joyeux anniversaire » (Florian fêtait,
ce soir-là, ses 30 ans) pour interpréter quelques titres supplémentaires. Le groupe achèvera
la soirée et le public par un Join Us d’anthologie qui confirmera ce que l’on aura pu
comprendre tout au long de cette soirée : bien loin des strass et des paillettes, les 5 artistes
sont capables de faire aussi bien, voire mieux, que certains Grands de la scène musicale.

196319_1623797551775_1141566760_31339222_7150494_n.jpg

Pour conclure sur ce concert, le son et la salle étaient irréprochables. Le groupe a
offert à son public une prestation de qualité permettant de découvrir les morceaux sous
un jour nouveau, plus énergique et, parfois, plus violent aussi. La bonne humeur et la joie
d’être sur scène étaient palpables tout au long du set qui, malheureusement, a souffert
de quelques petits temps mort entre les morceaux, notamment pendant les phases de ré-
accordage. Cela ne vient néanmoins pas entacher le bilan de cette soirée qui fut excellente
et qui ne donne qu’une envie : revoir le groupe sur scène le plus vite possible.

(Et pour ceux d’entre vous qui auraient raté la première séance, Empyr sera sur la scène de
l’Atelier à Luxembourg le 28 avril 2011.)

 

 

Article : Dom Panetta
Photos : Samantha Rodriguez

 

 

 

 

Plus d'informations sur Empyr :

 

Plus d'informations sur Greenwich Cavern :

 

 

Un concert Notice France :
 

 







Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici