Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 mars 2011 4 17 /03 /mars /2011 14:44

Melting-Actu était invité hier par le festival au fond du Jardin du Michel pour la présentation de la septième édition du jdm 2011, qui se déroulera comme à son habitude sur les terres de Bulligny, les 2-3-4 juin prochain. Melting-Actu, partenaire média du Jardin du Michel depuis plusieurs années, renforce sa présence en accompagnant depuis ses débuts le petit frère hivernal du JDM, est une nouvelle fois heureux de pouvoir vous présenter une telle manifestation, dont les focus seront mis dans les mois à venir, histoire de faire passer le temps plus vite jusqu’à début juin.

 

Nous étions donc invités dans les locaux de la Caisse d’Epargne de Nancy, premier partenaire privé du festival, pour découvrir l’affiche finale du festival, la programmation du jdm 2011 et en savoir plus sur les motivations et attentes de chacun.

 

Didier Bowman, directeur du groupe de Nancy Caisse d’Epargne Lorraine Champagne-Ardenne est le premier à intervenir. Il présente l’importance en terme d’orientation de la présence de la banque aux côtés du festival. Mr Bowman précise les changement des priorités d’accompagnement voulues par la Banque Populaire, ce à un échellon national. La volonté pour le groupe Caisse d’Epargne étant de basculer de l’implications pour des rencontres sportives redirigé vers un investissement autour de la musique pour toutes et tous, les clients comme l’ensemble de la population française, ne privilégiant aucun style de musique en particulier.

Au niveau régional, la Caisse d’Epargne se veut banque de proximité, raison pour laquelle ils veulent marquer ce soutien au JDM. Didier Bowman explique : « nous avons dans notre région des festivals qui bougent et qui font bouger la lorraine, entre autre le JDM, mais aussi le NJP. C’est un accompagnement normal, historique pour le NJP et le JDM »

Didier Bowman souligne également le « développement d’années en années du festival » parlant de la récente entrée dans la fédération internationale des festivals dont le jdm fait à présent parti aux côtés de poids lourds comme les Eurockéennes de Belfort, les Vieilles Charrues ou encore le Sziget Festival en Hongrie.

Didier Bowman promet également d’être présent durant les trois jours du festival, arguant souhaiter développer encore leur partenariat. Il remercie enfin Mr Deligny, le président de la SCIC Turbul’lance, ainsi que les 500 bénévoles faisant vivre le festival.

 

Bertrand Deligny intervient ensuite, explicitant sa joie d’être accueilli « une fois de plus » dans les locaux de la Caisse d’Epargne. C’est en effet la troisième année que la Caisse d’Epargne est le premier partenaire privé de l’évènement. Mr Deligny souligne d’ailleurs que c’est la banque qui permet de faire ce festival grâce à leur soutien financier.

Pour rentrer dans les détails, en quelques chiffres, Mr Deligny rappel qu’en 2011, pour sa 7ème édition, le JDM se dotera une nouvelle fois de deux scènes qui accueilleront pas moins de 27 artistes, placés sous le signe de la fête. « C’est une grande fête. On se prend pas la tête, les festivaliers qui viennent ont envi de faire la fête, c’est une grande communion pendant 3j, pour nous c’est important que l’ambiance soit sympa ! »

Les mots sont lachés, l’enthousiasme est là, tous d’ailleurs salueront « l’esprit du JDM » qui attire à présent les spectateurs plus que la programmation en elle-même.

Mr Deligny précise également que 2011 est l’année européenne du bénévolat et du volontariat. « C’est au cœur de notre manifestation. C’est vraiment un succès pour nous. La seule ambition de nos bénévoles : faire en sorte qu’il y ait le meilleur accueil possible. Un grand merci à tous les bénévoles. »

Le président de la Société Coopérative d‘Intérêt Collectif explicitera également les activités annexes du JDM tournées autour de l’intitulé juridique de cette entreprise, soulignant à la fois l’importance de « l’intérêt collectif » mais aussi de « l’intérêt du territoire ». De préciser également  que « bien que le festival dure 3 jours et vive grâce à plus de 500 bénévoles, il ne faut pas oublier que ce festival se construit autour d’une équipe durant toute l’année, que le travail est difficile en ce moment, mais que le reste de l’année, il y a de l’activité aussi ! »

Mr Deligny précise également le travail de titans que les deux salariés arrivent à réaliser aidés par toute l’équipe du bureau.

Le jdm et Turbul’lence ont également la volonté de participer à l’insertion et au développement durable en Lorraine. Cette envie, outre leur tenir à cœur fait également parti de leurs statuts. La SCIC participe notamment à un projet de soutien du développement en milieu rural, travaillant également depuis de nombreuses années avec la Mission Locale et l’association Imagine pour permettre à des jeunes de venir exprimer leurs talents, « parce qu’ils en ont ! ». Tout le monde voit le festival comme un support pour « qu’ils révèlent leur talent pour ensuite trouver un emploi, un stage, une formation. »

Cette expérience fonctionne bien, puisque plus de 80% de ceux qui sont venus ont retrouvés une solution à la sortie d’emploi ou formation. « Ça nous tient à cœur d’être un tremplin. » répète Mr Deligny.

Ce dernier remercie également le maire de Bulligny « qui donne l’autorisation », mais aussi les communautés de commune, le conseil général et régional, ces derniers ayant d’ailleurs changé les termes des conventions qui plutôt que d’être reconduite chaque années s’étalent à présent sur 3 ans, soulageant grandement le festival qui n’a, de ce fait, plus à remettre en cause chaque année la mise en place de l’édition suivante. « Ils nous font confiance, notre travail est forcément plus serein. »

 

 

JDMFESTIVAL2011_visuelHD.jpg

 

 

 

C’est ensuite Jérôme Daab, programmateur et un des deux salariés de la SCIC qui prend la parole afin de nous présenter la programmation. Il remercie l’assemblée pour sa présence permanente et son soutien, parlant également de la fidélisation du public. De 800 pass 3 jours vendus il y a quelques années, le JDM en compte à présent 2500, ce qui représente un « signal très fort » quant à l’adhésion du public au festival, également qualifié de « formidable récompense ».

Le choix des groupes s’est fait sur leur fort potentiel live, afin de se différencier d’une platine cd chez soi à la maison.

« On a intégré un réseau de festivals très importants pour nous. C’est un laboratoire de réflexion qui nous permet de poser un débat sur la question artistique et pas que commercial. Nous cherchons constamment à améliorer l’accueil des publics, des plateaux artistiques, mais aussi le développement durable, la sécurité, l’évènement. »

 

Jérôme Daab tient également à insister sur les découvertes, prise de position forte du festival :

« Proposer des têtes d’affiches permet de découvrir des choses à contrepied de la grande scène mais dont les contrastes nous intéressent. »

Le festival est d’ailleurs parrainé par la fondation de concerts, pérennisant des partenariats notamment avec le réseau multipistes (ca2m, salle de l’Autre Canal) ayant pour but de promouvoir les artistes lorrains. Le festival est également partenaire avec l’antenne lorraine du Printemps de Bourges. Jérôme Daab prend d’ailleurs l’exemple du duo violon-batterie Filiamotsa présent l’année dernière au JDM, entre une participation aux Eurocks et au Printemps de Bourges, avant de s’enchaîner chez nos voisins le festival Décibulles et Le Chien à Plumes. « Tout ce réseautage nous permet de développer des opportunités au niveau régional. »

Mais la coopérative Turbul’lence présent également son propre tremplin, intitulé « groove ma poule »  dont le lauréat -  ayant également reçu le prix coup de cœur du jury - se produira en ouverture de plateau le samedi.

 

Retour ensuite en quelques images sur la programmation du festival, jour par jour, et commentaires du programmateur :

« Chinese man : ils ont effectués pas mal de festivals en 2010, leur retour est très attendu

Beat torrent : le festival aime construire, ils étaient présents déjà en 2009, prestation incroyable en clôture de festival ave iam et dub inc

King automatic : artiste en développement qui sera au tremplin des Eurock’

Leif vollebekk : canadien conseillé par des amis de la fédé de concert, veine pop-folk

Les ogres de barback : incontournables !

The aerial en groupe régional, formation lorraine qui monte pas mal, parrainé par le réseau multipistes

Lexicon : découverte, grands amis de beat torrent, pas mal de grands festivals (printemps de bourges)

Patrice en tête d’affiche de la soirée

 

3juin :

Tête d’affiche Tiken Jah Fakoly

High tone : formation à la base du mouvement électro dub

Aaron : pop rock

Découverte lorraine : Sam Gratt

The Yupps : multipistes

Retour de Sinsemilia : 20 ans au festival

Plus Guest, proposé par la Fédération de concert et parrainé par le jdm, rock garage

Inspector Cluzo : groupe gascon (et non basque !) complètement déluré

Gaslamp Killer : grosse découverte, pas forcément accessible, carrément hallucinant, groupe californien »

 

4 juin :

Jérôme Daab précise également que 2011 est l’anniversaire des 30 ans de la mort de Bob Marley, pour cette occasion, Groundation proposera un concert en hommage au roi du Reggae.

Et de reprendre ensuite sur les autres groupes :

« Raggasonic : groupe incontournable scène française, leur retour est aussi attendu que NTM

Mauvaise herbe : ouverture scène régional

Swif Nebaza proposera du rap slam

La Phaze : electro punk jungle assez activiste sur la scène française

Heartbeat Parade : musiciens de devdone lorrain printemps de bourge cette année

Gablé : découverte de Normandie

Who Knew : Découverte sur laquelle on mise beaucoup, au sein d’une journée electro reggae hip hop

Cloture de soirée : The Bloody Beetroots : spectacle live qui clôturera le festival en feu d’artifice. Spectacle très très attendu, peu de dates en France cette année »

 

La Programmation est donc très éclectique, non exclusive afin de fédérer le public, de transmettre des idées sur scène, à son sens « là où le Michel excelle »

 

C’est ensuite au tour de Alde Harmand, conseiller général de Meurthe-Et-Moselle délégué à la culture de prendre la parole, soulignant le caractère presque familiale de la soirée. Il revient rapidement sur la genèse du projet, félicitant les organisateurs pour le chemin parcouru.

« Lancer un festival c’est beau, durer dans le temps c’est mieux. »

Il reconnaît également la place du festival, « parmi les meilleurs dans son domaine », précisant le « bonheur » du département de le soutenir depuis ses débuts, en augmentant cette volonté par la gratification financière triennale.

Il précise également le soutien du conseil général pour les projets en dehors de la scène, l’action des bénévoles et les chantiers d’insertion, véritable politique départementale de la Meurthe-et-Moselle.

Il voit au travers du festival – par son efficacité – une vitrine à l’extérieur s’embourbant ensuite légèrement sur le manque de « fibre touristique » du festivalier, venant tout de même « apprécier le paysage lorrain ». Mais qu’importe, son homélie pour l’évènement repart ensuite de plus belle, souhaitant « franchement » une longue vie au Jardin du Michel, qui est « certes une belle vitrine pour la Lorraine, mais aussi une belle aventure humaine au niveau des habitants de Bulligny et de ses environs ».

« Merci à vous d’avoir osé ce pari »

 

 

La dernière intervention revient à Bertrand Masson, délégué à la culture pour le Conseil Régional de Lorraine, représentant Mr Masseret.

Il souligne également son plaisir d’être là, précisant que « à travers vous ce sont les 500 bénévoles que nous saluons. Quand on est dans un territoire lorrain qui est riche de cette mobilisation militante, de cet engagement bénévole, je crois qu’on réussi une bonne partie des missions d’inscription culturelle dans l’ensemble des territoires lorrains.

C’est pour ça que nous sommes à vos côtés, nous avons l’ambition d’offrir à tous les lorrains une offre culturelle de qualité. Aucune raison que celle-ci soit réservé à quelques espaces ou métropoles. Ce festival montre que la culture est partout et pour tout le monde.

Ce festival est inscrit dans le paysage culturel lorrain voir national : belle fierté avant tout pour vous et nous. » 

Il se dit également « impressionné par l’engagement citoyen de ce festival, ces animateurs et bénévoles . », applaudissant le pari de l’économie sociale et solidaire, du développement durable, de l’insertion.

« Ce mélange, cet amalgame est à la fois très complexe mais il offre une très belle image de la culture. Ce n’est pas toujours facile dans les institutions, de faire passer le message que la culture est aussi au service d’un profit politique plus large au sens citoyen, ce que ce festival réussi. »

Il finit en déclarant – au nom du conseil régional – vouloir s’engager plus encore dans ce partenariat et souhaite à toutes et tous une très belle 7è édition de ce festival !

 

Ainsi ce fini l’ouverture d’une nouvelle belle histoire, d’aventures, de découvertes, de fête et n’en doutant pas de quelques excès en tout genre. Mais après tout, c’est cette alchimie qui fait l’esprit du Jardin Du Michel. C’est ce que certains d’entre vous ont pu trouver, ce que d’autres attendent, et ce que nous espérons vous faire vivre au plus près d’ici moins de trois petits mois, en vous proposant d’ici là de larges éclairages sur les groupes qui seront présents, afin de vous donner une envie inoxydable d’aller faire un petit tour sur les plaines du Michel.

 

Alors à très vite, montez le son, et commencer à constituer vos playlists, le printemps arrive, la bonne humeur et le festival aussi !

 

 

Plus d'informations sur :

http://www.jardin-du-michel.fr/

Repost 0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 23:02

Pour la sortie de son 1er album en mars 2011, Selah Sue sera de passage en Lorraine le 20 avril prochain aux Trinitaires à Metz.

 

"À l’origine, rien ne semblait destiner Selah Sue à devenir artiste : « J’ai grandi dans
un village minuscule en Belgique, et personne dans ma famille ne s’intéressait à la
musique. » avoue la jeune femme de 21 ans d’une sincérité rafraîchissante. « Petite,
je voulais être ballerine, j’ai dansé de 6 à 12 ans ». Même en le racontant sans
romance, son parcours tient pourtant du conte de fée : c’est l’histoire d’une jeune
musicienne qui s’ignore et qui s’accroche à sa guitare pour supporter les troubles
existentiels de l’adolescence. « J’avais toutes ces angoisses et ces dépressions que j’ai
posées sur le papier, c’était une façon de structurer mes pensées. Dés l’âge de la
puberté, je me suis mise à écrire beaucoup ».

Elle transforme ses doutes en mélodies soul, funk, reggae, essayant surtout d’être
digne de ses idoles, Lauryn Hill, Erykah Badu et Bob Marley, dont elle hérite de cette
voix « black ». La semaine passée au lycée, elle chante le week-end en faisant la
tournée des petits clubs de sa région. Sans même effleurer l’idée d’une carrière, elle
enregistre dans des home-studios, chez les copains, et elle publie des ébauches de
chansons sur sa page myspace.

La suite paraît presque surréaliste : des dizaines de milliers de fans se manifestent
alors sur le net, elle se fait repérer par des professionnels et signe finalement chez
Because Music. Puis Farhot (Nneka) et Patrice s’attellent à la réalisation de son
premier opus, Meshell Ndegeocello passe deux jours avec elle en studio pour
produire le titre « Mommy », Cee-Lo Green accepte de l’accompagner sur un duo et
finit même par lui demander de publier le morceau sur son propre album
(« Please »). Enfin, ultime signe de reconnaissance, Prince lui confie la première
partie de son concert en Belgique, à Anvers, en automne dernier.

 

SS_MG_8478--c--JB-Mondino.jpg

 

Bref, en deux ans, Selah Sue a réalisé des rêves qu’elle n’avait jamais osé faire. Pour
éviter d’avoir le vertige après cette soudaine ascension, elle a tenu à garder sur ce
premier album les chansons écrites pendant son adolescence. C’est une façon de
rappeler au monde qu’elle n’est pas une enfant injustement gâtée par le destin et
qu’avant Prince, Cee-Lo Green, les playlists radios et les articles élogieux dans la
presse, il y avait d’abord une adolescente avec sa guitare que le public avait
spontanément choisie sur le net. Le premier single, « Raggamuffin » (plus d’1 million
de vues sur le web), est d’ailleurs une de ses plus anciennes chansons.
« Ce morceau me représente bien » explique-t-elle. « Il montre mes deux visages, le
coté mélodieux et soul, mais aussi le côté dur, entre rap et ragga. Quand mon
manager m’a demandé avec qui je voulais travailler pour l’album, j’ai d’abord
répondu Farhot car je suis une fan de Nneka. Je voulais à la fois un disque intime,
sombre, mélodique, mais aussi des beats légers et entraînants parfois. Farhot est un
fou de sons digitaux et Patrice, que je connais bien, était l’homme idéal pour le coté
mélodique. Ils furent mes deux complices en studio.»

Ce premier album ambitieux est donc un habile métissage entre rock électrique, hiphop
organique et bidouillage soul-funk. Le tracklisting oscille pendant onze morceaux
entre des ballades poignantes tel « Mommy » et des styles plus déjantés tel «Crazy
Vibes». À l’instar de Janelle Monae, M.I.A. ou Aloe Blacc, Selah Sue appartient à
cette nouvelle génération pour qui la musique ne doit surtout pas avoir de frontières
de genre. Selah Sue viendra défendre son nouveau disque en tournée au printemps."

(source : because music)

 

Plus d'informations sur Selah Sue :

www.myspace.com/selahsuemusic
www.facebook.com/selahsue

 

www.because.tv

 

 

Un concert Notice France :
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

Repost 0
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 10:08

MAJ 010311 : 10 places à gagner pour le concert de TEN YEARS AFTER le 26 mars prochain à La Passerelle à Florange grâce à notre partenaire Notice France. Pour cela, envoyez vos coordonnées en précisant le concert demandé à ugo.meltingactu[a t]gmail.com. Une seule place par personne. Le choix des 10 gagnants sera  effectué par tirage au sort. La participation est ouverte jusqu'au 20 Mars prochain. Bonne chance à toutes et tous !

 

 

Ten Years After sera en tournée française en mars-avril 2011

 

A cette occasion, en partenariat avec Notice France et Kultopolis, nous vous proposons de gagner des places pour ce concert exceptionnel. N'hésitez pas à revenir bientôt sur cette page pour le lancement du concours.

 

logo-TYA.jpg

 

Ten Years After jouera le 26 mars 2011 à La Passerelle de Florange !

 

 

Les trois membres historiques du groupe Ten Years After (Chick Churchill aux claviers, Leo Lyons à la basse et Ric
Lee à la batterie) n’ont rien perdu des qualités qui les ont rendus célèbres après leur passage au Festival de
Woodstock. La section rythmique Lyons/Lee procure aux compositions du groupe une assise à la fois souple et
énergique. Chick Churchill renforce la section basse-batterie au clavier ou prend des soli inspirés qui renvoient la
balle à Joe Gooch, le jeune prodige guitariste et chanteur.

 

photo-TYA.jpg

 

Leur concert ? Un intelligent dosage entre standards du groupe que le public, bien sûr, veut entendre ("Love Like
A Man", "Hear Me Calling", "I Can’t Keep From Crying Sometimes", "Good Morning Little Schoolgirl", "I’m Going
Home", "I´d Love To Change The World", etc..) et des morceaux extraits des trois albums récents enregistrés avec
Joe Gooch. Près de deux heures de concert qui laissent un public de tout âge satisfait, heureux.

 

 

Dates de la tournée
17.03 : Rio Grande, F-Montauban
18.03 : Les Bourdaines, F-Seignosse
19.03 : Le Rocksane, F-Bergerac
22.03 : L´Etage, F-Rennes
23.03 : Le Magic Mirror, F-le Havre
24.03: le Trabendo, F-Paris
25.03: CC Magritte, B-Lessines,
26.03 : La Passerelle, F-Florange
27.03 : le Ninkasi KAO – F-Lyon
31.03 : le Silex, F-Auxerre
01.04 : La Maison du Peuple, F-Belfort
02.04 : CC Jean Blanc, F-La Ravoire

 

 

 

Plus d'informations sur Ten Years After :

http://www.tenyearsafternow.com

 

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

 

 

 

En partenariat avec Kultopolis :

 www.kultopolis.com

Repost 0
14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 10:18

GUILLAUME GRAND
Vendredi 18 Mars à 20H30
Chez Paulette / Pagney derriere Barine

GUILLAUME GRAND + Freyssac
Samedi 19 Mars à 20H30
La Chapelle / Metz

 

" Biographie

Un premier album comme un appel au voyage, suivez Guillaume Grand sans préavis.

Il a vécu son enfance au rythme des mutations de son père. Des déménagements comme des voyages sans fin.

Dans les cartons de ce jeune auteur-compositeur, on trouve une guitare dont on entend presque le bois craquer à force d’avoir été malmenée; une voix rocailleuse et minérale qui accroche l’oreille; et une sacrée énergie vitale comme un sentiment d’urgence à exister.

Une névrose par-ci (« je suis hypocondriaque »), une obsession par-là (« je suis un hyperactif du bonheur »), Guillaume vit chaque jour comme si c’était le dernier et n’arrive pas à fermer les yeux s’il n’a pas vécu quelque chose de fort dans la journée.

"L’amour est laid", certes, mais le disque, lui, est beau."

(source : guillaumegrand.com)

 

Guillaume-Grand-par-Youri-Lenquette2.jpg

 

 

Rentré directement à la 29ème place au top album, « L’amour est laid », le premier opus de Guillaume Grand est l’album coup de cœur du mois d’octobre 2010. Son premier single « Toi et moi » s’impose à la 16ème position de l’airplay général alors que son clip a déjà été visionné près de 600 000 fois sur Youtube.  Reste plus à Guillaume Grand que de conquérir la scène.

Après les premières parties de Justin Nozuka et de Raphael, Guillaume Grand a présenté son album à l’Européen à Paris le 1er Février 2011. Il part en tournée dans toute la France courant 2011. 
Plus d'informations sur Guillaume Grand :
 

Un concert Notice France :
 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Repost 0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 09:10

c'est le printemps,
la BONSAÏ SCENE refleurit
du 17 au 27 mars !





un nouveau programme

de spectacles courts à savourer
à l'heure du déjeuner !!!


La mini-scène conviviale spécialement aménagée dans les Galeries Poirel vous donne

rendez-vous pour la dernière fois cette saison... avant de céder la place à plusieurs expositions
Les spectacles de la BONSAÏ SCENE reviennent  du 17 au 27 mars, (de 12h30
précises à 13h00) et sont toujours accessibles à des tarifs ultra allégés :
de 1 à 4 € !!!

Musique ancienne, musique de chambre, musiques orientales et sud-américaines,

contes, théâtre et danse contemporaine sont au menu !


rendez-vous sur notre site internet
pour découvrir les différents "plats du jour" :


www.poire.nancy.fr













les spectacles en mars







lundi 14 . 20h30 . récital violon baroque
stéphanie-marie degand
"Révélation Soliste Instrumental 2005" aux Victoires de la Musique Classique,
Stéphanie-Marie Degand mène une carrière brillante et atypique de soliste,
récitaliste, chambriste et violon solo engagé.




INFO BILLETTERIE : CE SPECTACLE AFFICHE COMPLET !

                                               
mardi 15 . 20h30 . théâtre : grand classique
le roi se meurt
Eugène Ionesco texte
Dans le rôle de Bérenger Ier, le vieux monarque solitaire d’un royaume réduit à
sa simple expression, Michel Bouquet, monstre sacré du théâtre français, offre
un saisissant numéro d’acteur salué en 2005 par le "Molière du comédien".





jeudi 17 et vendredi 18 . 20h30 . musique symphonique
orchestre symphonique et lyrique de nancy
Leo Hussain dirige ce concert à l'influence lyrique. "Peter Grimes" de Benjamin Britten
et "Lulu" d'Alban Berg sont toutes deux des variations d'opéras éponymes. Variation
encore avec la "Symphonie n°4" de Brahms qui en déclina 30 autour du même thème
de sa dernière symphonie.




INFO BILLETTERIE : CE SPECTACLE AFFICHE COMPLET !

                                               
dimanche 20 . 16h00 . théâtre d’ombres et d’images dès 7 ans
boucle d'or et les 33 variations
Pas besoin de lunettes 3D pour apprécier les effets spéciaux de ce spectacle !
Avec leurs lanternes magiques et autres boîtes optiques, les Rémouleurs jouent
et rejouent cette histoire de "Boucle d'Or" qu'on ne connaît pas si bien que ça, en fait…





mardi 22 et mercredi 23 . 20h30 . jeudi 24 . 19h00 . théâtre
vivre dans le feu
Tzvetan Todorov a réussi à extraire les"confessions" des manuscrits de Marina
Tsvetaeva, l’un des plus grands écrivains du XXème siècle et dont le destin aura
été particulièrement tragique. La comédienne Natacha Régnier nous propose
de recevoir cette parole vive en plein cœur.





vendredi 25 . 20h30 . théâtre
le paquet
Entre rire et désespoir, seul en scène, Gérard Jugnot jongle avec les mots de
Philippe Claudel. Il incarne un personnage solitaire et intrigant qui passe sa vie
en revue, la déballe entre jeu ironique et lucidité désarmante.





samedi 26 . 20h30 . musique sud-américaine
orchestre 100 guitares . el quinteto nuevo
Les cinq musiciens passionnés du Quinteto Nuevo rendent un hommage à l'univers
bouleversant d'Astor Piazzolla, le grand maître du tango argentin. Le compositeur
colombien Jaime Cordoba dirige la création "Ancestros", une œuvre colorée
et énergique, écrite pour un orchestre de 100 instruments.





dimanche 27 . 16h00 . musique symphonique
conservatoire régional du grand nancy
Dans le cadre d'échanges pédagogiques entre les conservatoires de Nancy et de
Minsk en Biélorussie, l'institution nancéienne invite le chef Mickaël Kozinets qui a
dirigé pendant de nombreuses années le Conservatoire supérieur de Minsk.





lundi 28 . 20h30 . musique de chambre
quatuor stanislas
Gérard-Marie Fallour piano Alexis Galpérine violon
L'Ensemble Stanislas met à l'honneur Roger Boutry en créant "Le songe d'Urashima".
Ce chef d’orchestre réputé qui a longtemps dirigé l’Orchestre de la Garde Républicaine,
est aussi un remarquable compositeur (grand prix de Rome 1954) et un pianiste virtuose.
Concert précédé d'une rencontre avec Roger Boutry à 19h00.





mardi 29 . 20h30 . récital
anna caterina antonacci
Donald Sulzer piano
Considérée comme la plus parisienne des divas italiennes, la soprano Anna Caterina
Antonacci délaisse les grandes scènes d'opéra pour un intermède, toujours lyrique
mais moins dramatique, consacré à des mélodies françaises et italiennes de la
Belle Epoque.





mercredi 30 . 20h30 . humour
jacques mailhot . pierre douglas . jean roucas
Avec leur style si typique, les trois chansonniers du Théâtre des 2 Anes prennent
toujours le même plaisir à se réunir autour de la même cause : celle d'un rire franc
qui passe à la moulinette l'actualité sociale et politique de notre pays.






















www.printemps.nancy.fr












ENSEMBLE POIREL :

accueil du public / billetterie :
03 83 32 31 25 ensemblepoirel@mairie-nancy.fr

Repost 0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 13:26

 

 

Récit de concert : Gaetan Roussel - 112 (Terville) - 5 mars 2011

 

Il a récemment remporté deux Victoires de la Musique dans les catégories Meilleur Interprète Masculin et Meilleur Album pour «Ginger» ; il est le chanteur des groupes Louise Attaque et Tarmac ; il a - grandement - participé à l’écriture et à la production du dernier album de Alain Bashung, a également écrit pour Vanessa Paradis ou encore Rachid Taha, c’est bien entendu de Gaëtan Roussel dont il s'agit. Gaëtan Roussel, la tornade, le trublion, celui qui a prouvé au public de la salle 112 de Terville que non : à force de vouloir encore et encore l'enterrer, le rock français n’est toujours pas mort, et affiche même une forme insolente.

 

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-14.jpg

 

       Rock, ce concert l’était sans aucun doute, et c’est sûrement ce qui m’a le plus frappé étant donné le côté parfois atmosphérique ou bucolique, voire nostalgique de son dernier album. Les morceaux semblaient revisités, et même amplifiés par des riffs nerveux, et l’incursion de différents styles (électro, riffs rappellant complètement Amadou et Mariam par moment, rock sudiste des années 70...) avec lesquels Gaëtan Roussel flirte sans jamais les embrasser, définissant ainsi, à l’aide de ces touches musicales s’imbriquant dans ses compositions, une identité musicale si particulière et si communicatrice.

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-19.jpg


       Grand et filiforme, sa stature lui donne l'air, parfois, de flotter dans ses vêtements pourtant près du corps. Gaëtan Roussel électrise la foule l’espace de trois premières chansons, sautant, se déplaçant, discutant avec ses musiciens lors de bridges, avant de retomber dans une ambiance plus formatée. Ce n’est que le calme avant la tempête. Voici que le rythme remonte, plus personne ne sait où donner de la tête, tout s’éteint, et l’on voit tous les membres présents sur scène affublés de lunettes lumineuses, évoquant un côté «TRON»-isant allant de paire avec le côté presque spatial évoqué par les instruments.

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-16.jpg

 

       Gaëtan Roussel a gâté son public, blaguant, partant, revenant, surprenant en interprétant un inédit, ou en reprenant «Psycho Killer» des Talking Heads à sa sauce pour une version inoubliable et tout à fait réussie.


       Un concert illustre, un artiste au physique passe-partout, mais aux paroles poétiques et à la musique inventive, j’espérais passer un bon moment, je suis reparti époustouflé, le coeur dans les étoiles.

 

 

Récit et photos : Jean-Noël Pierre

 

 

 

Plus d'informations sur Gaetan Roussel :

www.gaetanroussel.com/

 

 

Un concert Notice France :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

 

 

Plus de photos de Gaetan Roussel :

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-8.jpg

 

 

 

 

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-12.jpg

 

 

 

 

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-3.jpg

 

 

 

 

 

Gaetan-Roussel-112-Terville-13.jpg

Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 20:21

 

 

 

MAJ 03-03-11 : High Tone valide sa participation pour le Jardin du Michel !



Le Jardin Du Michel, plus qu'un festival, une institution en Lorraine, et même dans tout l'Est de la France. 3 jours de concerts,2 scènes en alternance, permettant de diffuser de la musique en non stop, un nombre conséquent de groupes régionaux, nationaux, internationaux, une armée de bénévoles au service de près de 20 000 spectateurs.

En bref, un véritable succès.

Pour cette 7ème édition, le JDM (dans sa version raccourci et son nom plébiscité par tous) peut se targuer d'avoir remporté lors de la 3ème Cérémonie des "Alérions de la Culture" le 6 décembre dernier à Verdun, l'Alérion dans la catégorie "Rayonnement Musical". Cette cérémonie vise à récompenser les acteurs culturels lorrains 2010.

Et comme une bonne nouvelle ne vient jamais seule, le Jardin du Michel a entériné son entrée au sein de la Fédération internationale "De Concert!", regroupant 25 festivals européens (www.deconcert.org)

 

 

http://www.jardin-du-michel.fr/pub/photo/280x280/1034.png

 

 

 

Niveau programmation, les premiers noms sont à présents bien installés, et déjà alléchants :

- Patrice, qui défendra son nouvel album "On"

- Les Ogres de Barback, qui sortiront également courant mars un nouvel opus

- Raggasonic, groovie et ragga à souhait qui succédera à Dub Inc et Danakil présents l'an passé

- Chinese Man, revenant sur le paysage des concerts, à base de Hip Hop et d'énergie !

- Tiken Jah Fakoly, apportera ses rythmes métissés et son sourire

- AaRON, envahira le Michel de son électro pop mâtiné de trip hop et de rock

- Sinsemilia, poids lourd musical malgré un avant-dernier album un peu plus "sucré"

- La Phaze, toujours aussi énervé et au son énorme, présentant le succédeur de "Miracle", sur lequel intervenait le leader de Gogol Bordello de passage au JDM l'an passé

- Groundation, compagnons de route et d'idées de Raggasonic

- The Bloody Beetroots, atypiques, étranges, les "betteraves saignantes" venus d'Italie marqueront les esprits du Michel



Le Michel étant également adepte des nouveaux talents locaux et nationaux, nous retrouverons :

- GaBLé, bidouilleur musical

- Lexicon, tout en son et mixage de cultures

- Beat Torrent, nantais déjà présents en 2009 et effectuant une importante tournée en 2011

- The Gaslamp Killer, DJ's de Los Angeles, mixant, scratchant, et n'hésitant pas à aller mélanger du metal et des beats

 

 

high-tone.jpg

 

 

 

 

Niveau prix, le JDM met en place 800 pass 3Jà prix d'amis, à 55€, disponible sur le site de la Fnac.

Pour les pass 1J, comptez 29€.



Points de location :

Magasins Fnac | Carrefour | Géant | Hyper U
0 892 68 36 22 (0.34€/min) | www.fnac.com

Magasins Cora | Leclerc | Virgin | Auchan
0 892 390 100 (0,45€/min) | www.ticketnet.fr

Bureaux La Poste | Hall du Livre | Office du Tourisme de Nancy | www.digitick.com

---------------------
Billetterie électronique disponible en   E-TICKET  
 



Et niveau infos pratiques :

 Le festival ouvrira ses portes à  :
- 16h30 le jeudi 13 mai et le samedi 15 mai
- 17h30 le vendredi 14 mai
Les concerts débutent environ 50 minutes après l'ouverture des portes.





Hébergement :

 Camping gratuit pour tous les festivaliers munis d'un billet.
Le camping prendra ses quartiers dans un champ à proximité du site du festival. Nous invitons tous les festivaliers à respecter le cadre naturel de Bulligny et ses habitants et à ne pas camper en dehors de l’espace consacré. Douches et commodités seront installées sur le festival.

NOUVEAU :
Un espace dédié aux festivaliers en camping-car sera installé à côté du camping. L'accès à cet espace pourra se faire durant tout le festival. L'association Pas Assez de Metz animera le camping pour ceux qui souhaitent veiller après les concerts.





Bien évidemment, différents stands vous proposeront de vous restaurer et d'épancher votre soif !





Plus qu'une chose à faire donc, prenez vos places !!



Plus d'informations sur le Jardin Du Michel :

http://www.jardin-du-michel.fr





Repost 0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 13:14

 

EMPYR + Greenwich Cavern
Vendredi 25 Mars à 20H30
La Chapelle des Trinitaires  / Metz

A l'occasion de ce concert, Melting-Actu, en partenariat avec Notice France vous offre 10 invitations pour le concert de Empyr le 25 mars prochain aux Trinitaires (Metz). Pour cela, écrivez-nous un mail à ugo.meltingactu 
( at ) gmail.com en nous précisant le concert et vos coordonnées.
Les habitudes sont, quand même, de sales petites choses. Elles ont parfois la vie dure. Elles peuvent faciliter les processus. Elles peuvent aboutir sur un excellent album comme "The Peaceful Riot", premier essai d’Empyr paru en 2008. Mais les atavismes de songwriting, les inerties sonores peuvent, également et dans le même temps, aliéner la créativité de garçons bourrés d’idées, freiner une inventivité qui n’a besoin que de quelques secousses pour donner sa pleine ampleur. Empyr, c’est dans le désordre Benoît Poher, Frédéric Duquesne, Benoit Julliard, Florian Dubos et Jocelyn Moze. Des garçons qui ont fait partie ou font partie, dans le désordre, de rutilantes machines comme Watcha, Kyo, Pleymo ou Vegastar. Un passé aussi riche laisse forcément quelques traces : les réflexes et automatismes ont d’abord eu le cuir un peu épais. Empyr, à l’aube de "The Peaceful Riot", était certes un groupe neuf, mais son identité n’était pas une page tout à fait blanche.

«On s’est rendu compte que "The Peaceful Riot" avait été un moyen pour nous d’évacuer toutes
les frustrations, toutes les envies qu’on avait en nous depuis des années dans nos groupes respectifs. C’est un disque qu’on adore, on s’est bien éclatés, mais on s’est rendu compte a posteriori qu’il est un peu connoté, marqué par les codes des groupes qu’on écoutait tous dans les années 90. De la musique contemplative, progressive, très rock, métal -une petite partie seulement de tout ce que l’on écoute.
Et ces limites, on a les ressenties assez vite, notamment en concert : on a compris qu’on préférait quand les choses étaient plus pêchues, plus dynamiques.» Ceci expliquant sans doute un peu cela, Empyr n’a donc pas, avec le pourtant déjà large "The Peaceful Riot", encore eu la chance de montrer son vrai visage. La facilité et des écoutes trop superficielles ont voulu cantonner le groupe à l’horizon réduit d’un rock sombre et aux atmosphères métal ? C’est mal connaître les garçons, dont les horizons sont aussi larges que la musique moderne. On pourrait ainsi lister à la Prévert les groupes et artistes qui nourrissent, consciemment ou par lointaines réminiscences, les esprits remuants des cinq garçons – en interview, on entend aussi bien parler de Beirut que d’Editors, de Deftones que de Damon Albarnde M.I.A. que de Feist, de Beck que de Apparat.

Mais l’influence principale du groupe ne porte finalement pas de nom en particulier. Elle réside dans son ouverture absolue, dans sa sensibilité à tout ce qui titille ses synapses ; l’influence principale d’Empyr est, finalement, Empyr lui-même. Encore fallait-il le prouver. Par envie de changement, pour inventer, justement, le moyen de mieux articuler ses univers et goûts multiples et pour aller chercher des noises aux groupes platinés avec lesquels il se sait capables de rivaliser, le groupe a dû effectuer sa révolution intime. Pas une petite, et plutôt radicale la révolution. Car armés de l’admirable courage de ceux qui n’ont peur que du surplace, ils ont littéralement tout cassé –pour, évidemment, mieux reconstruire.
Contre la démocratie totale des groupes trop cimentés et parce qu’ils ont souvent abandonné la guitare comme base de composition, les garçons ont trouvé une formule qui démultiplie les idées de tous sans les niveler par le bas, un modus operandi permettant d’échapper aux compromis castrateurs.

http://www.empyrmusic.com/index_02.jpg

Nouvel Album : Unicorn. Sortie 15 Avril 2011
1er single : It's Gonna Be
 
Le résultat ? Un disque bien plus fidèle à l’esprit de ces cinq garçons joyeux qui n’arrêtent pas, un instant, de se marrer. Un album chaud, énergétique, hédoniste, optimiste. A l’image de son excitante pochette, un disque charnel, aphrodisiaque, presque érotique –la Licorne fantasmatique choisie par le groupe a, dans les vieilles mythologies, la réputation d’accélérer la fusion des corps et d’affûter les désirs.
Un disque puissant, souvent, un disque bricoleur, régulièrement, un disque agile, toujours.
C’est, d’une certaine manière, un disque anticrise : fait grâce au plaisir et pour le plaisir, il se danse sur des dancefloors rugueux, s’écoute en pleins ébats, fait se secouer les chairs dans des salles de concerts incandescentes.

L’attaque se fait en force, avec It’s Gonna Be, premier de ces hits potentiels. Un lancinant appel à la joie instantanée, un son énorme comme le Texas, un équilibre impeccable entre électro et rock, des mélodies vives et enragées comme un félin furax. Plus loin, dans un mix similaire de rythmiques survitaminées, de guitares tranchantes, de basses enveloppantes et de voix acrobates, la tonitruantes Do It ou la très nerveuse Happy and Lost provoquent le même effet d’antidépresseur immédiat, donnent envie de danser au plafond, de partir à la conquête du Monde, de galoper vers les étoiles, de jouir sans entrave. La pop très power d’Helena ou de Souvenir, leurs cathédrales sonores, leurs guitares rugissantes et leurs mélodies vocales indécollables pourraient, quant à elles, recoller un fier sourire aux babines de tous ceux
qui pensaient avoir fait le tour du rock qui fait jouir. La grande Quiet pourrait faire rougir les Pixiesla romantique Still Here va chercher ses airs merveilleux et la brillance de sa production dans les étoiles.
Le deuxième album d’Empyr est une collection de tubes dont l’évidence frappe fort. Dès la première écoute. On parierait nos deux mains que les ondes FM et les scènes internationales chavireront en quelques coups. C’est le rêve d’un groupe qui s’est donné les moyens pour, et ce sera justice.

Plus d'informations sur Empyr :

 

 

Un concert Notice France :
 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

Repost 0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 22:17

BB BRUNES

16 mars 2011 - Le Créante à Créhange

 

C’est quoi, une chanson rock ? Depuis Chuck Berry ou Buddy Holly, on connaît la définition : un instantané de trois minutes qui raconte une histoire de tous les jours sur un rythme exaltant. Voilà un énoncé qui colle à merveille à la musique des BB Brunes. Ajoutez au tableau des qualités indispensables comme la fougue, le laconisme et le charisme et vous aurez un portrait assez fidèle de ces quatre garçons dans le vent de l’histoire. Un groupe de rock, un vrai, qui allie enthousiasme et élégance, tradition et modernité, énergie et musicalité. « Rock’n’roll will never die » chantait jadis Neil Young, qui s’y entend en la matière. La preuve…

 

Il y a quatre ans, quand ils ont surgi, guitares au poing sur la scène du Gibus, on s’est empressé de les proclamer chefs de file d’une nouvelle génération de bébés rock. Un disque de platine, une Victoire de la Musique(Artiste - Groupe Révélation Scène 2009) et des centaines de concertsplus tard, ils ont surtout prouvé qu’ils étaient là pour durer. Plus flammes que feux de paille. Car Adrien, Félix, Karim et Bérald n’ont pas vocation à être les porte-drapeaux de quelque revival que ce soit. Leur unique motivation, leur seul moteur, c’est le plaisir qu’ils prennent à faire de la musique. A jouer soudés, comme d’autres dansent collés. Un gang, à l’image de leur tout premier single, déjà un classique.

 

BB-Brunes_2009_Mathieu-Zazzo_23_OK.jpg

 

Après le succès de leur premier album, le trépidant « Blonde comme moi », c’est un euphémisme d’affirmer qu’on les attendait au tournant. Sauf qu’aux virages aléatoires, les BB Brunes préfèrent les lignes droites. La « pression », comme on dit dans le showbiz, ils n’en ont cure. Avant d’enregistrer ce deuxième album très attendu, ils avaient déjà dans leurs bagages une bonne quarantaine de chansons. La vraie difficulté fut d’en faire le tri. Retirés dans le studio du Hameau, au cœur de la campagne normande, sous la houlette d’AntoineGaillet(les Wampas, Julien Doré, Mademoiselle K…), ils jetèrent les bases de dix-huit titres en une semaine. Des morceaux joués quasiment live, yeux dans les yeux, têtes à têtes, quatre à quatre. Des chansons proposées par Adrien, sur lesquelles les trois autres ajoutent leur patte, peaufinent les arrangements, concoctent les breaks et édifient les ponts : un ouvrage en forme d’architecture de groupe.

 

D’emblée, on reconnaîtra le son déjà familier des BB Brunes : ces guitares effervescentes, ces tempos débridés, ces mélodies agiles, ce mélange de candeur et de mélancolie. A une différence près, de taille : celle de la maturité. Car nos fans des Beatleset des Strokes, de Clashet des Arctic Monkeys, de Gainsbourgou de Dutronc, ont su dépasser leurs influences jusqu’à se forger leur propre identité. Ce qui n’empêchera pas les oreilles averties de dénicher ça et là quelques clins d’œil sonores : le sitar de « Quart d’heure », hommage au Harrison des Fab Four, le rythme de « Ma mods », évocation du « Lust for life » d’IggyPop, ou les violons de « Brity Boy », qui rappellent les riches heures du rock psyché. Jusqu’au morceau intitulé « Black and blue », référence stonienne sur un riff que les White Stripesn’auraient pas désavoué, mais pris ici au sens originel de l’expression : être couvert de coups et de bleus…

 


Coups de tête et bleus à l’âme. Jamais l’écriture d’Adrien, à la singulière texture sonore et rythmique qui joue avec les allitérations et les abréviations, n’aura autant reflété les émois et les désarrois d’une génération (tiens, pourquoi ne dit-on pas les « vingtenaires » ?) : angoisses amoureuses (« Seul ou accompagné », « BoucheB », « Cola Maya »), tentations et addictions en tous genres (« Dynamite », « M. la maudite », « Illumination »), besoin d’aventure et d’évasion (« Nico teen love », version moderne de « Bonnie and Clyde » et titre de l’album), goût du paraître (« Ma mods », dédié à toutes les « fashion victims »), romantisme juvénile (« Brity boy », « La la love you »), humour absurde (« Gare au loup », interlude acoustique aux entrechats quasi folkloriques) et même …fantasme érotique (« Peut-être pas cette fois »).

 


Le deuxième opus des BB Brunes s’intitule « Nico teen love ». Un album en forme de mue à défaut de mutation, jusqu’à la voix d’Adrien, désormais aussi à l’aise dans les basses sensuelles que dans les aigus féroces. Un album énergique et mélancolique, fougueux et laconique. Un album de chansons rock. Neil Young avait raison.

 

 

 


Plus d'informations sur BB Brunes :
www.bbbrunes.fr/

 

 

 

Un concert Notice France :

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


Repost 0
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 21:13

Les premiers achats de pass pour les festivals de l'été commencent doucement, et il est également temps pour nous de vous éclairer sur quelques festivals à venir.

Nos voisins alsaciens verront cette année éclore la 10ème édition du Festival Léz'arts Scéniques sur le site de Tanzmatten.

Deux scènes dédiées trois jours durant à la musique, les 14, 15, 16 juillet prochain. Un excellent moyen de célebrer la fête nationale.

Petit changement de dates cela dit puisque le festival avait pour habitude de faire la passation entre le mois de juillet et aout (30-31 juillet 1er aout l'an passé).

Avec 17 000 spectateurs, le festival Léz'arts Scéniques fait parti des festivals de l'Est qui comptent, en compagnie du lorrain le Jardin du Michel.

Porté par l'Association Zone51, le festival fait office de véritable machine de guerre, vecteur économique et de dynamisme, en employant près de 70 intermittents du spectacle et 250 bénévoles.

 

Question programmation, le festival regroupe déjà du beau monde.

Et les annonces commencent à peine.

 

Jeudi 14 juillet 2011
HELLOWEEN – Allemagne / Speed Metal
ARCH ENEMY – Suède / Death Metal Mélodique
SPIRITUAL BEGGARS (date unique en France) – Suède / Stoner Hard Rock
GRAND MAGUS – Suède / Heavy Doom Metal
ANDRÉAS & NICOLAS – France / Super chansons


Vendredi 15 juillet 2011
THE DUBLINERS – Irlande / Irish Folk Legends
SHAKA PONK – France / Electro Rock
LA PHAZE – France / Punk Rock Electro
EZ3KIEL vs HINT – France / Electro Noise
THE HILLBILLY MOON EXPLOSION – Suisse / Rockabilly


Samedi 16 juillet 2011
GRAND CORPS MALADE – France / Slam
MASSILIA SOUND SYSTEM – France / Ragga Marseillais
ASSASSIN – France / Rap Alternatif
DIDIER SUPER ET SA DISCOMOBILE – France / Chanson Punk

"Le compte à rebours est lancé : une vingtaine de groupes seront dévoilés prochainement.
A suivre …" précise le site du festival.

 

pré-affiche à diffuser :

 

181928 1668543466000 1009722233 31405104 2830132 n

 

 

Niveau tarifs, le festival Léz'arts Scéniques reste abordable compte tenu de la qualité des groupes sélectionnés :

 

TARIFS

chez notre partenaire



33€ *PAR JOUR EN PRÉVENTe
23,10€*PAR JOUR AVEC LA CARTE VITACULTURE
places limitÉes - Uniquement en prévente / Présentation obligatoire de la carte à l'entrée du festival

38€ PAR JOUR EN CAISSE DU SOIR
75€ * LE FORFAIT 3 JOURS
Uniquement en prévente - Nombre de forfaits limité

 

*Hors frais de location

 

 

http://crmacolmar.fr/online/wp-content/uploads/2011/02/lezarts-sceniques-2011.jpg

 

 

Question écologie, l'association Zone51 met également les points sur les i, et agit réellement en faveur de l'environnement :

"

Depuis son lancement en 2001, le festival Léz’Arts Scéniques défend un engagement éco-responsable. Cette politique se traduit tout au long de l’année par l’utilisation de papier recyclé avec des encres végétales (conformes aux labels Imprim’Vert et à la norme F.S.C ), la mise en place de 20 000 gobelets consignés et réutilisables sur toutes les manifestations ZONE 51, la limitation et gestion des déchets en partenariat avec le SMICTOM d’Alsace Centrale, ainsi que la mise en place de la collecte sélective.

Ces actions ont été reconnues par l’Agence de l'Environnement et de la Maîtrise de l'Énergie (ADEME) qui a édité une fiche pratique consacrée à la « réduction des impacts environnementaux liés aux manifestations culturelles » référencée au niveau national.

Elles ont aussi permis à l’association de signer la charte « Planète gagnante » aux côtés de l’ADEME, de la Direction Régionale de l'Environnement (Diren) et du Syndicat Mixte pour la Collecte et le Traitement des ordures ménagères (SMICTOM d’Alsace Centrale).

Durant le festival cet engagement se traduira de manière très concrète par la rédution de production le tri des déchets sur l’ensemble du site, un cahier des charges strict pour les restaurateurs partenaires (producteurs locaux, utilisation de produits frais, réduction des emballages…), l’encouragement au covoiturage et à l’ « éco mobilité ».

La charte écolo du festivalier
• Pensez vélo, transports en commun et covoiturage avec 123 en Voiture
• Léz’Arts Scéniques s’est associé au nouveau dispositif régional Vialsace permettant d’utiliser l’ensemble des transports alsaciens (tram, bus, train, car) grâce un ticket unique et une politique tarifaire très avantageuse

L’ensemble de ces actions en faveur de l’environnement et du développement durable correspondent à l’engagement et l’éthique historique de l’association ZONE 51 et du festival Léz’Arts Scéniques."

(source : site internet Léz'arts Scéniques)

 


Autant de raisons donc d'aller profiter du soleil de l'été en compagnie de nos voisins alsaciens, autour
d'une bonne tranche de musique !


Plus d'infos concernant la programmation et le festival très bientôt !


Pour plus d'informations :

http://www.lezartssceniques.com/





Repost 0

Texte Libre

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici