31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 12:47

Sacrée révélation de l’année 2010 par de nombreux médias, hissée en haut des charts avec
son titre « Je veux » (choisi par TF1 comme tube de l’été 2010), Zaz, 31 ans, sillonne désormais la
France pour promouvoir son premier album éponyme. Disque d’or depuis le mois de juin dernier,
la galette est, à l’image de son interprète, un concentré de musiques aux influences diverses, de
textes engagés et forts mais également de douceur et de bonne humeur. Zaz était ce soir à la
Passerelle de Florange… Melting Actu également…

Zaz : Présentation
Bon, autant être franc avec vous : il y a encore quelques jours, Zaz, pour moi, ce n’était qu’un
nom. Ou plutôt un surnom… Enfin, vous aurez compris que je n’en avais qu’entendu parlé et que
je ne m’étais pas plus intéressé que ça à l’œuvre de la jeune femme. Et pourtant, lorsque l’on m’a
proposé de me rendre à Florange pour assister à son concert, une intuition m’a poussé à répondre présent. Et comme je déteste assister à une prestation sans en connaître un minimum sur l’artiste, je me suis un peu plus penché sur sa carrière et sa musique.
 

Cela fait plus de dix ans que Zaz est présente sur la scène musicale française. Tantôt
membre de groupes divers, tantôt jouant ses compositions et ses reprises sur les trottoirs de
Montmartre, c’est finalement en 2010 que la demoiselle se décide et sort son premier album : « Zaz ».
Le succès est immédiat.On connaît la suite : depuis bientôt un an, Zaz est partout et n’a pas finit de faire parler d’elle.


Le Concert
Mais revenons-en au concert. Il est 19h50, j’arrive à Florange. Cette fois-ci pas question de
faire la queue pendant une heure pour rien (voir mon article sur Empyr). Me voici devant La Passerelle à peine vingt-cinq minutes avant l’heure indiquée sur les affiches… Quelle n’est pas ma surprise en m’apercevant que la première partie, intitulée Été 67 vient de commencer. Il semblerait que l’heure indiquée sur les billets soit en réalité celle du changement de plateau.


1ère partie : Été 67
Été 67. Drôle de nom pour un drôle de groupe. Composé de six belges, venus tout droit de
Liège, Été 67 est une sorte de… à vrai dire, je ne saurais pas mettre un nom sur leur style tant
celui-ci est riche. On trouve de tout. Des influences pop/folk majeures auxquelles les six Liégeois ont ajouté ici un peu de country, là un peu de rock… Parfois un peu de classique… Jusqu'à...de la planche à lessiver ! C’est dire si le répertoire ratissé par ces artistes est large. Un mélange détonnant qui pourrait sonner le glas de la formation s’il n’était pas totalement maîtrisé.
Pourtant non. Dès les premières notes du deuxième morceau, je suis dans l’ambiance, et
le reste du public avec moi. Une ambiance décalée où les textes sérieux et revendicateurs viennent côtoyer l’histoire d’un junkie en plein bad. La musique est festive et entraînante, les musiciens sont précis et savent ce qu’ils font. Le chanteur est carrément barré tant dans ses paroles que dans son attitude. La présence d’un banjo, d’une flûte traversière, d’une mandoline, d’une chaîne en métal et de la fameuse planche à lessiver apportent des nuances et des sonorités particulièrement intéressantes dans un style de musique qui aurait pu être plat et « déjà vu ». C’est là toute l’originalité du groupe.
Après une bonne demi-heure de jeu, nos voisins quittent la scène en emmenant avec eux
leur matériel tandis que les techniciens s’affairent aux derniers réglages et rangements.

 

J’observe un instant la salle et la foule.
Tout d’abord le lieu. Bien plus grand que ce que j’imaginais, je dirais qu’à vu d’œil, la pièce
peut contenir entre 800 et 1000 personnes. Mais je n’ai jamais été particulièrement doué pour
ce genre d’estimation. Il y a en tout cas 500 personnes, j’en suis convaincu, au-delà, je n’y mettrais pas ma main à couper. Le son est bon jusqu'à présent et l’infrastructure aussi. On y trouve même un balcon et une possibilité de passer en configuration théâtre. Un lieu pour le moins intéressant.
Le public ensuite. Il va, dans mon entourage proche, de 4 à 70 ans. On y trouve tous les
âges et tous les genres. La musique de Zaz s’inscrit, pour la plupart des morceaux, dans la variété française type, il est donc normal que celle-ci touche tous les publics. L’avantage étant que ce genre d’audience est relativement facile à toucher et à emmener avec soi… Reste à voir si la jeune femme en sera capable. Justement, il est temps d’en avoir le cœur net.

 

 

ZAZ1 BASSDEF (c) Raphael Frydman

 

 


 

Zaz 
21h00, les spots et les lumières s’éteignent.
La salle résonne sous les applaudissements et les cris tandis que les musiciens s’installent sur scène.
Une guitare, une basse, une batterie et des claviers. Formation somme toute relativement banale
pour ce type de concert. Quelques notes de xylophone en guise d’introduction et la voix éraillée
de la demoiselle retentit, donnant le coup d’envoi de ce concert avec Les passants, introduisant également l’album.
Zaz a réussi le tour de force d’entrer sur scène de manière inaperçu. Il faudra attendre
quelques secondes pour que tout le monde dans la salle s’aperçoive qu’elle était accroupie au milieu de la scène depuis le départ.
Pour ne rien vous cacher, si la curiosité m’a incité à venir ce soir à la Passerelle, l’appréhension était bien là. Après un succès aussi fulgurant, on peut parfaitement imaginer que l’artiste ait pu prendre la grosse tête et soit, en quelque sorte, blasée de devoir interpréter constamment les mêmes chansons devant le même public.
J’ai eu tort de penser qu’il en était ainsi pour Zaz. Celle-ci ne se montre pas avare en
émotion et fait participer le public durant tout le spectacle. Un véritable lien se crée entre la foule
et la demoiselle qui met en place une atmosphère détendue, libérée dans laquelle la demoiselle semble s’épanouir complètement. Les morceaux s’enchaînent, le public chante, applaudit et accompagne ce petit bout de femme dans son monde. La complicité que Zaz entretien avec ses musiciens est plutôt rare pour une formation de scène – les musiciens n’étant, généralement, engagé que pour une tournée. On a plutôt l’impression d’être face à un groupe d’amis jouant ensemble depuis des années et des années.

Un son impeccable, une justesse et une maîtrise de la voix impressionnante, une bonne
humeur contagieuse et une vitalité sur scène étourdissante, voilà comment résumer la prestation
de Zaz. Elle court, saute, s’approche du public pour lui parler, s’en éloigne, discute avec lui, le tout en interprétant ses morceaux de la manière la plus simple et la plus efficace. On a tout simplement l’impression d’écouter l’album, amplifié par des petits détails qui font tout. Un changement de tonalité, une note différente (mais toujours juste !), un couplet en plus…

Zaz maîtrise ses morceaux et nous le prouve à chaque instant.

Aux titres de son album - qui sera quasiment joué dans son intégralité - viendront s’ajouter quelques nouveautés qui laissent présager un prochain disque dans les mois à venir. Aucune information officielle à ce sujet par la principale intéressée, mais quelques sous entendus intéressants ce soir.
Affaire à suivre !
Au bout d’1h20 de show, la troupe se retire avant de revenir pour un rappel de deux
morceaux. Ni oui ni non et un nouveau morceau, dont le titre pourrait être Encore un instant clôtureront la soirée et laisseront au public la possibilité d'accompagner une dernière fois la jeune femme et ses musiciens avant le salut final.

Une soirée ; deux découvertes
Passée la surprise de l’horaire particulier de la salle, la soirée m’aura permis de découvrir
un excellent groupe belge, Été 67 mais aussi Zaz et ses chansons tantôt pop, tantôt jazz, tantôt… Zaz tout simplement. Je retiendrais tout particulièrement la prestation vocale de la chanteuse sur un Ébloui par la nuit poignant. 

 

 

Article : Dom Panetta

 

Pour les intéressés, Zaz sera de retour dans la région avec une date au Casino 2000 de Mondorf-les-Bains le dimanche 03 avril 2011. Un bon conseil : ne la ratez pas !

 

 

Plus d'informations sur Zaz :

http://www.myspace.com/zazofficiel

 

 

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici