12 novembre 2009 4 12 /11 /novembre /2009 12:33
 

« L’uomo che verrà » est un film à paraître prochainement dans nos salles. Il a été couronné récemment au festival de Rome 2009, recevant le prix spécial du jury ainsi que le prix du public. Réalisé par Giorgio Diritti, l’histoire raconte ce qui fut appelé plus tard le massacre de Marzabotto.

 

 

Nous sommes en décembre 1943, non loin de Bologne. Le nord et le centre de l’Italie souffrent sous l’occupation allemande, et les partisans ont bien du mal à lutter contre les nazis. Martina est une fillette de 8 ans, muette depuis le décès de son petit frère, mort peu après sa naissance, il y a de cela quelques années. Mais sa mère est à nouveau enceinte. Bien que la nouvelle semble rendre heureuse Martina, toute sa famille -pauvres paysans- craint la famine. Les temps sont durs, la nourriture vient à manquer, et le travail et la prière sont les seuls réconforts de leurs journées lugubres. Régulièrement, des patrouilles allemandes font des haltes, achètent du vin, inspectent les environs à la recherche des partisans. Ces derniers opèrent par guet-apens, comptant sur les villageois pour les cacher et les aider.

Bien souvent, on suit l’histoire selon le point de vue muet de Marina. On découvre des gens simples, habitués à vivre leur vie de misère dans une certaine justice. Ils ne comprennent pas vraiment toute l’agitation qui tourne autour de leur région, ni ces envahisseurs venus prendre leurs terres. C’est d’ailleurs ce qui semble le plus les révolter, saisissant mal les tenants et les aboutissants d’un conflit mondial. Le droit à la terre de leurs ancêtres. C’est d’ailleurs pour cette raison qu’ils aident les partisans. Mais tout n’est pas si rose sur les flancs du Monte Sole. Parfois les rôles s’inversent, et les partisans quémandant soins et nourriture semblent bien plus cruels que les soldats allemands offrant du pain aux enfants affamés.

Tout empire finalement lorsqu’une division SS envahit le village l’automne suivant, répondant aux représailles des rebelles un peu trop prompts à décimer les rangs allemands. Sans finesse ni état d’âme, la troupe envoie ad patres l’ensemble du village, avec force cruauté et idées malsaines.

 


Dans l’ensemble, « l’uomo che verrà » est un film qui se tient bien. Ni génial, ni foncièrement mauvais, il ne prend pas vraiment de parti pris, présentant la réalité telle qu’elle semblait être. Le point de vue candide de Marina est intéressant, même si dans le traitement, on retrouve trop souvent les habitudes de tel film de genre. La fin du film semble plus anecdotique dans sa construction, insistant une fois de plus sur la cruauté aveugle des démons nazis, preuve s’il en fallait encore que la guerre est tout ce qu’il y a de plus horrible. Le désespoir pesant tout au long du film s’achève donc sur un paroxysme de détresse et de malheur, la fillette semblant le seul être pourvu d’une volonté inébranlable.

 

Ugo Schimizzi

Plus d'infos sur le festival de Villerupt :

www.festival-villerupt.com


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici