Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 13:35

Quelques jours après le dernier concert de cette 7ème édition du Jardin du Michel version 2011, retour sur le premier soir d'un succès régional !

 

C’est King Automatic, seul, qui a le plaisir de lancer cette septième édition. Les spectateurs, éparses, prêtent une oreille tandis qu’ils découvrent le site du Michel. King Automatic officie donc de la manière la plus simple, fièrement accompagné de sa guitare, un micro et un synthé, rythmant ses chansons avec un soupçon de grosse caisse.

 

IGP2087

King Automatic (photo : Ugo Schimizzi)

 

Mise en bouche sympathique pour celui qui ponctuera ses chansons de remerciements en allemand, transhumance musicale entre le rock’n’roll et le blues, beau moyen de lancer un festival qui s’annonçait d’or et déjà riche en métissages et découvertes !

 

 

Les ptits gars de The Aerial inaugurent à leur tour 40 minutes plus tard la scène alternative du festival. Quatuor composé pour les trois quart de membres français, c’est leur chanteur, malicieux et à l’accent anglais prononcé qui nous laissera tout le loisir de trouver le quatrième membre nous venant d’Outre Manche.

JDM-2011-aerial-004

The Aerial (photo : Juliette Delvienne)

Cette donc cette rencontre quelque peu improbable qui fait la particularité du groupe, en plus de proposer un son electro pop énervé, vitaminé, dans la lignée très actuelle de groupes comme Two Doors Cinema Club, Pony Pony Run Run ou encore Grouplove. Une formation totalement appropriée en ce début de festival sous le soleil, au sourire éclatant et vecteur de bonne humeur.

 

C’est bien à l’horaire très dinatoire de 19h30 que le public déjà bien massé face à la grande scène peut découvrir le décor de la nouvelle tournée des Ogres de Barback, en relation avec la sortie de leur nouvel album « Comme je suis devenu voyageur » (cf chronique). Ledit décor, composé par un des fondateurs de la troupe des Royal Deluxe n’aura pas le temps de se déployer tout à son aise, délivrant simplement quelques petits secrets de tous les engrenages possibles. Néanmoins, en une heure, Les Ogres brilleront par leur énergie, leur set list « rock’n’roll » (dixit Alice en itw, à lire ici) et leur aisance à communiquer une bonne humeur facilement consentie par tout un chacun.

JDM-2011-Ogres-002
Les Ogres de Barback (photo : Juliette Delvienne)

Proposant quelques titres de leur nouvel album, dont le titre éponyme, les Ogres se sont surtout reposés sur de précédents succès, faisant la part belle aux hommages, avec deux bootlegs empruntés à des chansons de NTM et la Mano Negra, concluant leur set par un classique « Salut à Toi » originaire des punks français des Béruriers Noirs, avant d’achever avec brio leur créneau imparti par le non moins traditionnel « Salut à Vous ».

Un passage remarqué, apprécié, que je vous encourage à prolonger dans un de leurs concerts dédiés, dans cette tournée marathon qui les emmène aux quatre coins de la France.

 

Petite impasse on doit bien l’avouer sur Leif Vollebekk le temps d’une conférence presse, quelques tweets, un rapide regard sur les photos et la chasse reprend de plus belle.

C’est notre voisin d’Outre Rhin Patrice qui s’installe à présent sur la grande scène. Figure de proue du reggae allemand et européen, Patrice lorgne parfois sur les terres de son compatriote Gentleman, ouvrant ses horizons vers les contrées de la soul et du blues.

JDM-2011-Patrice-002
Patrice (photo : Juliette Delvienne)

Guitare en bandouillère, formation électrique, Patrice fait le show et remplie son contrat,mais ne me laisse pas personnellement un souvenir particulier. Le public semble toutefois apprécier en meilleur connaisseur, dans cette édition aux vibrations reggae très prononcées.

 

Le côté asiatique de Chinese Man ne laisse en rien oublier que le groupe est bien français, durablement installé dans le paysage électro à tiroir, puisant tant dans le Hip-Hop que les samples oubliés et les sonorités du bout du monde. Campés face à leurs platines, les quatre du crew Chinese Man ont le son en poupe, l’énergie hissée haut dans leur set, la beauté des lumières répondant au minimalisme du décor. L’apport des vidéos est indéniable, entre enregistrements et captation live de la performance des dj’s. Chinese Man impose l’esprit zen et la beauté des mélodies, l’électronique déferlant soudain face à un flow de paroles amenées par un mc en guest, présent sporadiquement.

JDM-2011-Chineseman-003
Chinese Man (photo : Juliette Delvienne)

L’année 2011 est indéniablement celle du groupe, ayant sorti récemment leur nouvel album « Racing with the sun » à l’artwork délicat et tout simplement beau. Force est de constater que le public n’a pas boudé son plaisir devant la première « grosse » tête d’affiche du festival – si tant est que l’on puisse laisser en émerger certaines plus que d’autres. Chinese Man n’est donc pas étranger à la présence de 7800 personnes pour cette première journée, et aux files immenses au niveau de la banque et des stands de restauration.

 

Petit détour par la restauration et bonjour à tous les bénévoles à pied d'oeuvre pour contenter tous les festivaliers, et du coup écoute très approximative et lointaine de Lexicon, pardonnez-nous...

 

Ce sera enfin Beat Torrent qui se chargera de clôturer cette première journée. Le duo se présente sur scène à peine dix minutes plus tard que l’horaire prévu, une gageur pour un festival de cette ampleur, témoignant une nouvelle fois de la qualité de la manifestation et de l’organisation. Armée de vynils, platines, samples et scratch, l’armada électronique de Beat Torrent a, on peu le dire, remué les tripes de tous les festivaliers, la présence des basses arrosant le paysage alentour.

IGP2857
Beat Torrent (photo : Ugo Schimizzi)

Issus de formations prestigieuses comme Beat Assaillant pour l’un et Tribeqa pour le second, la paire n’a pas peur d’envoyer les beats et de remuer les quelques milliers de spectateurs toujours présents au milieu de la nuit. C’est sur un show agité que le Michel fermera pour la première fois de l’année ses portes, les 7000 campeurs regagnant leur pénates ou celles de leurs voisins, pour prolonger la fête ou bénéficier d’un repos mérité tout autant que morcelé.

Les températures agréables de cette première journée laisseront place le lendemain à une vague de chaleur dont certains habitants du Michel, présents lan passé n’auront pas le courage de se plaindre !

 

 

Photos : Juliette Delvienne / Ugo Schimizzi

Article : Ugo Schimizzi

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici