Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 17:06

Débarqués sur la scène post-hardcore en 2006, leur single Situations a rapidement permis à Escape the Fate de se faire une place au milieu de la centaines de groupes florissants dans ce milieu depuis quelques années. Actuellement en tournée mondiale pour la promotion de leur 3eme album “Escape The Fate”, les quatre de Las Vegas nous ont fait l’honneur d’un arrêt a Luxembourg-Ville. C’était le 07 juin dernier et nous y étions pour vous.

 

En ce mardi soir de juin, sous une chaleur étouffante et un ciel plutôt nuageux, je m’apprête a assister a mon premier concert d’Escape The Fate. Accompagné depuis deux albums par leur nouveau chanteur, Craig Mabbitt (Ronnie Radke ayant quitté le groupe sous le coup d’une décision de justice suite a sa participation a une bagarre ayant causée la mort d’un jeune homme), c’est avec cette nouvelle configuration que le groupe se produit ce soir.

 

Arrivé relativement tôt devant L’Atelier, un peu trop même, j’entame ma longue attente. L’ouverture des portes, ici, ne se fait jamais avant 20h00 et le ciel menaçant inquiète déjà les quelques fans arrivés avant moi. La popularité du post-hardcore auprès des jeunes est ici plus que confirmée. La vingtaine de personnes présentes devant moi totalise une moyenne d’âge d’environ 15 ans. Les plus vieux arriveront bien plus tard, indifférents à leur positionnement dans une salle où, quoi qu’il arrive, on est proche de la scène.

 

20h00, les premiers arrivés pénètrent dans la salle tandis que les premières gouttes viennent s’écraser sur les retardataires. L’attente a été longue, certes, mais agrémentée par les passages fréquents des membres du groupe, n’hésitant pas à s’arrêter pour signer quelques autographes ou prendre quelques photos avec leurs fans.

 

20h30. Les lumières s’éteignent et les membres du groupe de première partie investissent la scène. Le groupe, d’origine allemande, proposant un style musical relativement proche de celui d’Escape The Fate, chauffera les planches et le public pendant une petite demi-heure. Trente minutes qui ne seront, malheureusement pas mises complètement à profit puisqu’à la fin du troisième morceau, le guitariste rythmique effilera l’une de ses cordes. Cinq minutes lui seront nécessaires pour la remplacer et ce malgré la présence d’un “technicien” aux cotés du groupe (probablement l’un de leurs amis proche s’étant porté volontaire et n’ayant jamais eu a remplacer une corde de sa vie…). Cinq minutes donc durant lesquels il incombera aux trois autres membres de divertir le public. Et, plutôt que d’improviser un morceau ou une reprise a trois, ils privilégieront les blagues et commentaires divers sur la situation, le tout dans la langue de Goethe qui n’était comprise, mardi soir, que par moins de la moitié de l’assistance.

 

À 21H00, après un ultime morceau accompagné d’une chanteuse, les quatre membres du groupe inconnu (dont le nom aura probablement été donné en allemand) quitteront la scène, laissant derrière eux le souvenir d’une prestation de qualité qui aurait, cependant, gagnée à durer plus longtemps.

 

21h30. Les lumières s’éteignent à nouveau, et c’est sous un tonnerre d’applaudissements et d’acclamations que les musiciens d’Escape The Fate s’installent derrière leurs micros ou fûts. La musique démarre immédiatement et c’est Choose Your Fate, suivie de Massacre, duo d’introduction du dernier album du groupe qui ouvriront les hostilités d’une soirée qui s’annonce déjà riche en émotions.  L’énergie du public étant un peu retombée pendant l’entracte, il faudra attendre les premières notes de Ten Miles Wide, titre phare de l’album “This War Is Ours”, pour voir les prémices du déchainement de la foule.

 

Le groupe, quant a lui est impeccable. Les musiciens jouent leurs morceaux avec précision et énergie, tout en n’oubliant pas de garder une certaine mobilité sur les planches. Le chant, modifié par moment pour en assurer la qualité, reste cependant assez proche de ce que le public a l’habitude d’entendre sur les albums. Bref, une prestation professionnelle qui nous en ferait oublier le jeune âge des artistes.

 

Apres un petit interlude linguistique pendant lequel Craig demandera l’assistance d’une personne du public pour traduire ses propos en français (moment mémorable où une charmante demoiselle nous fera la démonstration de ses “talents” dans notre chère langue… Qu’elle n’avait visiblement parlé que par l’intermédiaire de CD d’apprentissage pour niveau cours préparatoire), le concert reprendra de plus belle, proposant toujours un mélange assez équilibré d’anciens morceaux et de nouveaux.

 

Et c’est finalement au tour de Situations, LE morceau le plus connu du groupe, de mettre le feu au poudre de cette soirée et de faire réellement monter la température d’un cran. Température qui restera élevée durant le non moins populaire This War Is Ours mais qui retombera brutalement à la fin d’un The Aftermath (G3) sonnant le glas de la soirée après seulement quarante-cinq minutes de prestation. Trois quart d’heure durant lesquels le groupe n’aura joué, au total qu’un peu plus de trente-cinq minutes. Et alors qu’une vague de déception et de doute parcours la foule, les techniciens s’affairent déjà sur scène pour ranger le matériel et démonter la batterie. Non, ce soir, il n’y aura pas de rappel.

 

Si la prestation en elle-même fut de qualité, il est intolérable qu’un groupe ayant déjà trois albums à son actif se contente d’un set aussi court. De manière générale, quarante-cinq minutes représente le temps alloué a un groupe de première partie. On voit même, sur certains très gros concert, des premières parties de plus d’une heure. Ce soir, Escape The Fate nous aura laissé un goût amer, le goût de l’inachevé, mêlé à celui de la déception de ne pas avoir pu profiter pleinement d’un spectacle qui prenait enfin son envol. Et c’est bien dommage…

 

Article : Dom' Panetta

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici