4 mai 2010 2 04 /05 /mai /2010 11:51

Eiffel chez Paulette à Pagney Derrière Barrine (Jeudi 13 mai 2010)

1ère partie : The Yupps

 

 

photo-Eiffel.jpg

 

 

A GAGNER :
5 invitations pour 2 personnes en envoyant vos coordonées à : ugo.meltingactu@gmail.com
n'oubliez pas de préciser le concert pour lequel vous souhaitez les invitations

 

  E.I.F.F.E.L. Six lettres qui racontent le parcours intransigeant accompli par un groupe qui ne s'est jamais limité au rock français et qui s'est toujours affiché tel qu'il est : passionné et insoumis, défiant les modes pour mieux revendiquer sa singularité. Six lettres qui résument aussi un double héritage : celui du sol qui l'a vu naître, et qu'il a sillonné dans tous les sens, et celui du rock américain qui a enflammé la mèche (« Alec Eiffel », sur Trompe-Le-Monde, le plus francophile des albums des Pixies). Six lettres enfin qui abritent l'histoire d'un couple au sein d'une aventure qui les dépasse, et qui rappelle irrésistiblement d'autres ménages électriques : Thurston Moore-Kim Gordon, Patti Smith-Fred « Sonic » Smith...



On avait perdu la trace d'Eiffel en 2007, juste après un concert qui avait un goût de consécration : leur premier Olympia après dix ans au service d'une cause que le groupe n'a jamais trahie. Bien au contraire : la discographie d'Eiffel tend vers la densité. Si elle est aussi ponctuée de projets parallèles (participation à des hommages à Ferré et Brel, album solo de Romain Humeau, arrangements de cordes de Romain pour les Têtes Raides ou Noir Désir...), c'est pour que ses agitateurs ne s'y sentent pas bridés. Preuve en est cette année le retour de Nicolas Courret (batteur) après une absence de 6 années pendant lesquelles il s'est consacré à d'autres aventures collectives (Bed, Mellano, Headphone...). « On ne vous cache pas avoir bossé comme des Balthazars, avec bien souvent des murs en face, écrit Romain sur le site du groupe. Murs défoncés un par un au prix de quelques fatigues et moments de désespoir ce qui rend l'instant présent d'autant plus bandant…». Libéré de toute obligation discographique à l'issue de la tournée Tandoori, le groupe a pu se permettre d'aller au bout de ses ambitions. A commencer par celle de poser son studio mobile (le « studio des Romanos ») quelque part : au fond du jardin d'Estelle et Romain, à Bordeaux, où ils disposent enfin d'un lieu dédié à leur musique. Un vrai atelier dans lequel ils ont commencé à poser les fondations d'un album qui serait conçu de manière différente puisque pour une fois toutes les chansons partiraient d'une structure guitare acoustique-voix. Et seraient enregistrées telles quelles, sans que la voix de Romain ait besoin de couvrir le feu des décibels. C'est la première chose qui surprend en découvrant « A tout moment la rue » ou « Minouche » : le chant n'a jamais été aussi contenu, le son aussi sec.



D'emblée, Eiffel s'affranchit d'une contrainte : peu importe si cet album est difficile à reproduire sur scène. Il met alors tous les moyens qui sont à sa disposition pour tenter d'aller plus loin musicalement parlant (slide-guitar, banjo, harmonium...), convoque des frères d'armes comme Fabrice Gand et Clémentine Humeau (hautbois d'amour et hautbois de chasse) ou Joseph Doherty (Violon alto, Clarinette basse, Sax baryton, cornet). L'écriture s'étale sur une période de quatre mois, l'enregistrement sur dix. Alors que le studio est à peine terminé, un voisin vient frapper à leur porte. C'est Bertrand Cantat qui, en compagnie de Serge Teyssot-Gay, débauche Estelle et Romain pour graver dans l'urgence, à la lumière d'un abat-jour posé au milieu de la pièce, une reprise du « Temps des cerises » sur laquelle ils jouent tous les quatre: le morceau sera offert sur le net en 2008. Et c'est en ami qu'il revient quelques mois plus tard participer à l'album d'Eiffel (il fait les chœurs sur « A tout moment la rue »).



De quoi parle ce nouvel album ? De la condition humaine, dans tout ce qu'elle peut avoir de « charmant et dégueulasse ». L'écriture est certainement plus directe qu'auparavant. Elle témoigne aussi des moments de doute qu'Eiffel a traversé, comme sur « Je m'obstine ». Les structures des chansons sont différentes : moins rock, elles reposent plus souvent sur le rythme de la marche, un pas auquel le groupe a déjà fait ses preuves (souvenez-vous de « Hype »). Les trois années qui viennent de passer ont été décisives. Elles ont réaffirmé Eiffel dans le chemin de l'autonomie et de l'exigence. La fougue est toujours là, mais les dents sont serrées. Le regard est toujours aussi intense, et il porte loin, « comme quand on ne sait rien et que l'on sent tout », comme ils l'écrivaient eux-mêmes sur le précédent album. Sauf que cette fois-ci, ils en savent un peu plus. Et on sent que le vent qui les porte depuis plus de 10 ans est parti pour les emmener encore plus haut.  


 

Plus d'informations sur EIFFEL :

http://www.eiffelnews.com/

 

 

Plus d'informations sur la salle : Chez Paulette :

http://www.paulettepubrock.com/

 

 

 

Un concert Notice France :









Plus d'informations sur Notice France :
http://www.myspace.com/noticefrance


 


Partager cet article

Repost 0

commentaires

Texte Libre

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici