17 décembre 2006 7 17 /12 /décembre /2006 23:41
                    
 
« Ne le dis à personne » : si l’expression est la clé de voûte du film, c’est peut-être la résolution qu’adoptera le spectateur en sortant de la projection tant l’adaptation du best seller d’Harlan Coben par le réalisateur de Mon Idole est décevante.
 
Tout commence sur internet quand Alex Beck (Francois Cluzet) reçoit un mail avec la photographie de sa femme (M-J Croze) …morte depuis huit ans ! S’engage alors une enquête à rebours sous forme d’une énigme à tiroirs qui concentre le suspense dans la révélation finale, ou du moins , devrait le faire car, dès le premier tiers du film, l’intrigue est déflorée !    
En effet, alors que le récit s’efforce de placer Alex au cœur d’une machination régie par un inextricable jeu de pouvoir (alléchant non ?), une scénette montre le directeur du conseil général organisant un concours hippique. Cette présentation, en totale rupture avec le déroulement de l’intrigue, du seul personnage politiquement influant de l’histoire nous fait immédiatement comprendre qu’il sera le coupable !     
Des maladresses grossières, il y en aura d’autres comme les cassures de rythme à contre –temps et les 10 minutes finales en huis clos où, sous la forme d’un aveu (flash-back assortis d’une voix off), toute l’intrigue se dénoue et se reconstitue chronologiquement, venant confirmer ce que le spectateur avait compris depuis bien longtemps déjà. Mais alors, à quoi diable ont servi les pénibles deux heures précédentes ?
 
Le film s’enorgueillit de courses poursuites sur le périphérique en forme d’exercice de style (huit caméras et 6 jours de tournage) mais les cadres qui coupent la tête des acteurs sont trop fréquents, tout comme le recours aux images de cartes postales  ( deux enfants au bord d’un lac gravent leurs noms sur le tronc d’un arbre avant d’échanger leur premier baiser à l’abris d’un bosquet débordant de fleurs ….c’est ça l’amour ?!?) pour que l’on puisse reconnaître un quelconque talent de prise de vue à son auteur.   
La photographie, froide et lisse, est incapable de  restituer les émotions de personnages insipides, réduits à la caricature de leur fonction ; l’amoureux : il souffre et il court; le policier : il est gentil et il doute; le conseiller général : il est méchant et ça se voit ! Du coup rien ne fonctionne ni l’identification au héros qui souffre ni même l’empathie pour les enfants brutalisés et violés, point de départ de l’imbroglio meurtrier si maladroitement présenté !
 
L’adaptation cinématographique est une gageure mais une chose est sûre, le film ne donne pas envie de lire le livre (1). Tout cela semble brouillon, un casting truffé de têtes d’affiche ne suffit pas, loin s’en faut, et Canet doit revoir sa copie s’il veut un jour pouvoir prétendre au titre de réalisateur.
Durry Julie
 
 
 
 
(1) Ne le dis à personne, d’après « Tell no one » d’ Harlan Coben, thriller 2h11, réalisation, adaptation, scénario et dialogues Guillaume Canet avec F.Cluzet, M-J Croze, A Dussollier, K Scott Thomas, F Bérléant, J Rochefort, M Hands, G Canet… produit par Les Productions du Trésor, M6 films et distribué par Europacorp.
 
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Durry Julie - dans VIDEOS - CINEMA - TV
commenter cet article

commentaires

Texte Libre

Recherche

Partenaires Principaux

imagethionville.jpg






www.thionville.com
 
 Site non officiel de Thionville et de son agglomération  : Pratique et complet ! Tout sur Thionville


------------------------------------------------------

archemist.jpg

http://www.theartchemists.com
: Générateurs d'Etincelles Culturelles


-------------------------------------------------------

louvreuse-compress.jpg







http://louvreuse.net
 : Le site des passionnés de cinémaEn savoir+.


--------------------------------------------------------
Referencement Google

 

-Angelo Newsletter : Les meilleurs spectacles sur Nancy  -100% inspiré ! - 
 ( Contact angelo  )

 

Voir les autres partenaires Ici